Facebook
Nouvelles
Biographie
Répertoire
L'École Sauvage
Projets
Partenaires et commanditaires
Contacts
Médias
Vous faire connaitre
Liste d'envoi  
 
Nouvelles

À ma mère, à ma mère, à ma mère, à ma voisine



Cette création collective a été fondée sur une structure et des thèmes proposés par Pol Pelletier : le rapport mère-fille, l’exploration du monde concentrationnaire des petites filles, le mythe de la guerrière, la mise à mort de la figure maternelle par la fille et le désir de créer une nouvelle race de mères.


Les méthodes de travail utilisées étaient novatrices: en plus de l’improvisation, il y avait utilisation de rêves éveillés, de l’écriture automatique, de jeux de hasard, d’entraînement physique rigoureux avec, entre autres, une méthode d’auto-défense pour femmes.

La forme théâtrale qui résulta de cette exploration causa tout un émoi dans le milieu théâtral car elle présentait un jeu physique et vocal jamais vus auparavant, des costumes et des accessoires choquants, une juxtaposition de mythes anciens et de recherches contemporaines sur les femmes et les petites filles, ainsi que des textes poétiques et brutes surgis directement de l’inconscient collectif féminin.

À ma mère, à ma mère, à ma mère, à ma voisine
a été créé au Théâtre expérimental de Montréal, du 16 mai au 11 juin 1978, par la cellule autogestionnaire composée de Dominique Gagnon, Louise Laprade, Nicole Lecavalier et Pol Pelletier, aidées par Anne-Marie Provencher et Alice Ronfard.

Le texte a été publié aux éditions du Remue-ménage en 1979.

« Impossible de ne pas être atteint… Ce spectacle touche, pointe du doigt, interroge. »
Lorraine Pintal, Jeu, automne 1978.